jeudi 31 mai 2018

Pourquoi les cheminots font-ils grève ?



Nous vous expliquons pourquoi les cheminots font-ils grève?

Pression contre la CGT et FO - GENERALI

Article de Cbanque.com :

L'assureur Generali France et sa DRH sont visés par une plainte pour « chantage » et « entrave à l'exercice du droit syndical », une procédure liée à l'invalidation d'accords sociaux, a indiqué mercredi la CGT.

Les syndicats CGT et FO de Generali France ont porté plainte mardi devant le procureur du tribunal de grande instance de Paris contre l'entreprise et sa directrice des ressources humaines, selon le délégué central CGT Alban Scamorri. Contactée par l'AFP, la direction dit n'avoir aucune information « à ce stade » sur un éventuel dépôt de plainte et « s'étonne de cette démarche », alors que des négociations sont en cours avec les organisations syndicales.
La cour d'appel de Paris, sollicitée par les deux syndicats, a récemment invalidé un accord de décembre 2015 sur « l'organisation et la durée du temps de travail » des personnels administratifs et jugé « inapplicables » cinq autres accords sociaux qui lui sont liés.
La plainte vise notamment une communication interne du 7 mai où la DRH Sylvie Peretti affirme que « la Direction ne prendra pas la décision de signifier officiellement ce jugement » à la CGT et FO pour ne pas « le rendre exécutoire ». Mais si eux-mêmes « décidaient de prendre cette initiative », cela aurait pour « conséquences immédiates » de mettre fin aux « aménagements des horaires de travail », plébiscités par le personnel, et surtout d'entraîner « l'arrêt immédiat du télétravail (...) pour les 1.100 collaborateurs (représentant 25% des effectifs) actuellement concernés ».
La CGT conteste cette interprétation de l'arrêt de la cour d'appel, ce dernier n'ayant selon le syndicat aucune conséquence pour les agents actuellement en télétravail. La DRH « a voulu créer un état d'anxiété dans l'entreprise en essayant de monter les salariés contre la CGT et FO mais, pas de chance, (...) tous les télétravailleurs que j'ai rencontrés m'ont parlé du chantage exercé », assure Alban Scamorri. De plus, l'entreprise aurait tout à perdre à abandonner un dispositif qui génère environ « 3 millions d'euros d'économie par an » de son propre aveu, dit-il.
CGT et FO réclament par ailleurs une « compensation salariale » pour le personnel soumis à l'accord de 2015 qui prévoyait une augmentation équivalente à « 5 jours de travail, ou l'équivalent en heures », sans augmentation de salaire. « Pendant deux ans les salariés ont trop travaillé, et là on n'a aucune communication » de la DRH, c'est « silence radio », selon Alban Scamorri.

En savoir plus sur https://www.cbanque.com/actu/68288/generali-deux-syndicats-portent-plainte-contre-assureur-et-sa-drh#vKBKAgcTX2Yt7Yu3.99

Horaires...Flexi...


lundi 21 mai 2018

#CGTENLUTTE

#CGTENLUTTE – Belle victoire pour les Téléconseillers de la CARSAT Normandie (3960) et la CGT,
 qui, après 4 semaines de lutte et denégociation, ont pu obtenir de réelles avancées sociales pour le service Ligne Multi Canal(Plateforme Téléphonique). «Le Protocole de Fin de Conflit est signé». 

Dans un contexte budgétaire restreint et difficile, les Téléconseillers et la CGT se félicitent d’avoir pu obtenir pour le service LMC:
- Des embauches en CDI + des renforts temporaires- Des parcours Niveau 4
- Des Points de Compétence
- Le
 Maintien de l’activité polyvalente (incluant la Prime d’Accueil de 6%)
-l’initiative
 d’une démarche GPEC avec l’engagement minimal d’un nouveau parcours interne Niveau4 d’ici fin 2018
La mise en place d’un accompagnement RH systématique après 3 ans d’exercice du métier de Téléconseiller.
Et d’autres acquis comme : Le renforcement du dispositif de formation « violences à l’accueil »,l’entraide des services retraite, etc.


Ce n’est qu’ensemble que l’on gagne de meilleures conditions de travail et ainsi, un service de meilleur qualité pour les assurés.

samedi 19 mai 2018

#CGTENLUTTE

#CGTENLUTTE – Une lutte exemplaire vient de prendre fin à la clinique du Pré (santé privée) de Théza (dans le 66) seulement deux jours de grève (les 26 et 27 avril 2018) et 70% du personnel mobilisé.

Les revendications :
-          augmentation des salaires
-          augmentation des primes de dimanche et jours fériés
-          mensualisation de la R.A.G (rémunération annuelle garantie )

La direction a fini par céder, un accord a été signé le 27 avril 2018.

Les camarades ont obtenu :     
-          Augmentation des salaires de 11,3 %,
-          Augmentation de la prime dimanche et jours fériés a 30 euros,
-          Mensualisation de la R.A.G,
-          2 jours de grève récupérables en jours fériés ou CA.

Cette victoire marque une nouvelle avancée pour nos camarades de Théza.

Par cette forte mobilisation , nous constatons encore une fois que les revendications aboutissent avec succès.

jeudi 17 mai 2018

#CGTENLUTTE

#CGTENLUTTE – Fin de conflit chez Logifare (Transports) Fareberswiller (57)

Dans cette entreprise de transport et d’entreposage de 164 salariés, c’est une très belle victoire que viennent d’obtenir les salariés. Après 9 jours de grève massivement suivie à l’appel de l’intersyndicale CGT, CFTC, CFDT, 

ils viennent d’obtenir :

- 2% d’augmentation,
- un 13ème mois,
- 200 euros de chèques vacances,
- la mise en place de la subrogation en cas d’arrêt maladie,
- une prime d’assiduité de 45 euros mensuelle.

Notre jeune section syndicale a de plus réalisé 7 nouvelles adhésions durant le conflit.

CGT Direct Assurance

La lutte paie !!!

Tract de la CGT Direct Assurance gagne :


ROUND 2 : CGT WINS !

Rappelez-vous le 1er round : le 6 février 2017, votre syndicat CGT avait assigné Direct Assurance au TGI de Rennes vis-à-vis de la note de la Direction du 10 novembre 2015.

En effet, cette note interdisait aux salariés à temps partiel de poser des JRTTs la veille d’un jour chômé. Dès le lendemain de cette note, votre syndicat CGT avait contesté sa légalité et avait tenté toutes les solutions amiables possibles (droit d’alerte exercé par les délégués du personnel de la CGT, saisine de l’Inspection du travail, proposition de médiation…).

Devant l’intransigeance de la Direction, la CGT Direct Assurance avait porté l’affaire devant les tribunaux  et le 6 avril 2017, le Tribunal de Grande Instance avait déclaré non avenue la note en question.

Victoire de la CGT lors de ce 1er round, mais la Direction de Direct Assurance, continuant de façon obstinée à ne pas vouloir entendre raison, avait décidé de faire appel.

Le 2ème round s’est donc déroulé le 1er mars 2018 devant la Cour d’Appel de Rennes.
Et, le 13 avril dernier, la Cour d’Appel a rendu son jugement :

Une nouvelle fois, la justice valide le combat de la CGT et confirme la décision du Tribunal de Grande Instance : Les juges ont parfaitement confirmé ce que nous avancions depuis le début : comme pour un contrat d’assurance, on ne peut pas modifier les termes d’un accord sans passer par un avenant !

Nous tenons à rappeler que nous avons été la seule organisation syndicale à oser porter la question devant les tribunaux et à se battre pour défendre jusqu’au bout les intérêts des salariés à temps partiels.

Désormais, la Direction a deux mois pour un éventuel pourvoi en cassation.

Pour autant, le fera-t-elle ? La Direction ne peut ignorer que ses chances sont quasi-nulles : « … Il faut savoir que dans l’immense majorité des cas, le pourvoi est rejeté
https://www.jurifiable.com/conseil-juridique/droit-penal/pourvoi-en-cassation

Autre élément important : à la différence d’une procédure d’appel, le pourvoi en cassation n’est pas suspensif. En clair, cela signifie que la décision du Tribunal de Grande Instance, validée par la Cour d’appel, s’applique dès maintenant, que la Direction se pourvoit en cassation ou pas !

Concrètement, ce que cela va changer pour les salariés à temps partiels :
-         Pour vos futures vacances :
Nous invitons tous les salariés en temps partiel à poser dès maintenant sur les périodes de vacances accordées leurs jours de congés librement, quelle que soit leur nature !
Vous pouvez donc, pour vos vacances de Printemps et pour vos vacances d’été, poser un JRTT avant votre jour chômé. Cela ne peut pas vous être refusé par le management car la décision validée par la Cour d’appel est exécutoire, qu’il y ait pourvoi en cassation ou pas !
Et si vous avez déjà posé vos jours sous Pléiades, n’hésitez pas à les modifier en conséquence.
-         Pour vos vacances depuis deux ans :
Nous demandons que les salariés à temps partiel puissent récupérer tous les jours de congés qu’ils se sont vus flouer par cette note illégale et ce depuis novembre 2015 !
Nous attendons que la Direction revienne vers nous pour faire des propositions quant aux modalités de récupération de ces jours.

Vous connaissez l’équipe de la CGT : nous serons extrêmement vigilants quant à l’application de la décision de justice.

Et, une nouvelle fois, nous tenons à remercier tous les salariés à temps partiel qui ont résisté aux pressions du management et nous ont soutenu. Vous aviez raison et votre courage est récompensé.




mercredi 16 mai 2018

vendredi 4 mai 2018

HAPPII ..... Suite

Suite plénière DP de ce 3 mai, un point sur HAPPII



les travaux des groupes se sont terminés le 20 avril,
Une analyse de ses travaux a été faite le 2 mai par les équipes RH, téléphonie, sécurité....en vue de la mise en place.
Tout ceci pour une "meilleure disponibilité vis à vis de nos clients". ...


Vous etes tous dans l attente des comptes rendus.... de ces groupes miroirs....

MI MAI, le projet va être présenté en CE-CHSCT. Pour une phase test mi juin.
Nous ne manquerons pas de vous tenir informé(e)s de la suite de ce "projet"

Alors, restez connecté(e)s



N'oubliez pas, il est encore temps de répondre à l'enquête qui vous a été distribuée concernant vos conditions de travail ! réponse possible par mail sur la boite cgt.caam@gmail.com ou par courrier retour salle syndicale CGT le mans

jeudi 26 avril 2018

Gréve Vente Privée - Encore une victoire

Vente-Privée.com, une grève sans bruit derrière  Air France, Carrefour et la SNCF.
Les préparateurs de commandes  après avoir vu leur participation diminué drastiquement a décidé de commencer une grève.

Résultat d'une semaine de grève :
- Les jours de grève sont payés
- Augmentation des salaires de 2 %
- Prime de 700€

Félicitation à la CGT initiatrice du mouvement et aux salariés !

Les entreprises sont capables d'entendre les salariés quand les outils de production ne fonctionnent plus...

mercredi 18 avril 2018

Victoire pour les salariés des Ehpad

CGTENLUTTE – Victoire pour les salariés des Ehpad de l’association Monsieur Vincent de Gentilly, L’Haÿ-les-Roses et Cachan(94)

Ils étaient en grève depuis mercredi dernier, pour l’amélioration de leurs conditions de travail et contre les sanctions à l’encontre de représentants syndicaux. Leurs revendications ont toutes été validées par la direction.
Ce samedi, les délégués CGT ont été reçus par le président de l’association qui a ainsi accepté le renforcement des effectifs, le paiement des jours de grève, la levée des sanctions et l’ouverture de négociations sur les conditions de travail.

lundi 9 avril 2018

Grève - Débrayage

 #CGTENLUTTE - lutte gagnante Chez Benedicta (59). Les richesses créées par les salariés sont  accaparées par les actionnaires. 
La CGT a appelé les salariés à 1h de débrayage par jour et par poste de travail et ce pendant 8 jours. Cette lutte a débouché sur 50 € d’augmentation mensuelle des salaires, l’amélioration des primes de transport et de vacances. La mobilisation se maintient.

samedi 7 avril 2018

Grève Carrefour

Cette année, le Groupe Carrefour a prévu de verser une participation de 57€ en moyenne soit 6% des bénéfices à comparer à 356 millions d'euros offert aux actionnaires  soit 46% des bénéfices.

Après avoir commencé à communiquer  sur une grève le weeek-end de Pâques, la Direction a proposé de passer à 407 € + 150€ de bon d'achat.

La peur d'une grève visible par les clients permet de gagner un peu d'intéressement et retourné à un niveau  presque équivalent à l'année précédente (610€)

Les directions sont bien conscientes que les salariés sont bien les générateurs de profits !!! mais si les salariés ne se plaignent pas , pourquoi les rémunérer correctement ?

50 % de gréviste et 300 magasins de fermés ! Félicitation même si vous n'avez pas obtenu une participation à un niveau comparable à 2017.

Pour info : La Filiale Bancaire assurance , c'est 616 départ en 2016 non remplacé !

jeudi 5 avril 2018

Grève Crédit Agricole Touraine Poitou CATP

30% de Grèviste :FELICITATION


Communiqué de presse :

Grève à la Caisse Régionale du Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou pour dénoncer les
mauvaises conditions de travail.

Plus précisément, il s’agit d’un débrayage à l’initiative des syndicats CGT, SNECA, SUD et UNSA qui aura lieu jeudi 29 mars prochain de 14h00 à 14h56 dans les deux sites administratifs de la Vienne et de la Touraine ainsi que dans les agences.

Les 56 minutes de grève ont pour objet de dénoncer les mauvaises conditions de travail sans gêner
dans un premier temps le service clientèle. Ce que subissent les salariés :

- Sous-effectif ;
- Nombre de tâches surdimensionnées ;
- Pressions pour atteindre des objectifs irréalisables ;
- Injonctions paradoxales ;
- Outils de travail inadapté ;
- Dépassements d’horaires récurrents.

Les salariés sont épuisés par le rythme de travail qui a des conséquences sur leur santé physique et
mentale.

Les mauvaises conditions de travail avaient déjà été dénoncées par le passé : toutes les instances
sociales avaient tiré la sonnette d’alarme, mais la Direction est restée sourde.

Les salariés n’ont désormais d’autre choix que de faire cette grève afin que des mesures soient prises
pour améliorer les conditions de travail.

Grève Crédit Mutuel LACO

Ouest France du 27/03/18

Troisième jour de grève des salariés du Crédit Mutuel Laco, Loire-Atlantique et Centre ouest.
Selon les syndicats, 29 agences du Crédit Mutuel sont fermées et ne peuvent pas accueillir les clients: le mouvement de grève se poursuit au Crédit Mutuel à l’appel de la CFDT et de la CGT.

Les  employés de banque refusent une réorganisation de leur temps de travail, telle qu’elle est proposée par la direction du Crédit Mutuel Laco (Loire-Atlantique et centre ouest). «Cela nous ferait perdre 11 jours de repos » , souligne un délégué.

Mais au-delà, ils s’interrogent sur la pression commerciale de plus en plus forte exercée au Crédit Mutuel, au détriment du métier de conseil, et ils en appellent aux valeurs mutualistes si vantées dans la publicité de Crédit mutuel...

Une rencontre avec la direction des relations humaines est prévue en début d’après-midi. Permettra-t-elle de débloquer la situation?
En Loire-Atlantique, cette banque emploie environ 1300 personnes dont 350 au siège.

lundi 26 mars 2018

L’intervention des salariés de la Tour Eiffel fait reculer la direction

Alors que les ordonnances Macron tentent de vider les instances représentatives des personnels (IRP) de leur substance, les salariés de la Tour Eiffel ont obtenu satisfaction sur la quasi-totalités de leurs revendications.

Un climat social dégradé depuis plus d’un an, cumulé aux intentions de la direction d’instaurer un CSE « à la lettre », ont déclenché le mécontentement des salariés de la Tour. Sous la menace d’une grève, la direction a cédé sur la quasi-totalité des revendications CGT. 

Un accord a été signé garantissant :
- le maintien à 32 représentants du personnel, ce qui équivaut au nombre d’IRP d’une entreprise de 1 000 à 5 000 salariés, depuis les ordonnances — pour rappel, l’effectif de la Tour est de 315 ;
- un nombre d’heures de délégation identique ;
- l’annualisation et la mutualisation des heures de délégation des titulaires et des suppléants ;
- le maintien de la prise en charge par l’employeurs des expertises demandées par les IRP ;
- le report des élections à décembre 2018, malgré une tentative de la direction de les imposer en juin, période où les effectifs titulaires sont plus fluctuants.

Une belle victoire qui donne confiance en l’action collective et syndicale, à partager et faire connaitre auprès de nos bases, de nos syndiqués et au-delà ! Seul le rapport de force des salariés a une fois encore, permis d’inverser la volonté du gouvernement et du patronat. Rappelons que plus de 130 salariés de la Tour Eiffel sont syndiqués à la CGT

jeudi 22 mars 2018

Communiqué de presse / CGT Cheminot 20/03/2018

Face à une manifestation nationale unitaire des cheminots qui s’annonce importante, direction SNCF et gouvernement s’enlisent dans des stratagèmes qui doivent être connus de tous.

En effet, la direction SNCF a décidé d’afficher un plan de transport fortement dégradé sur certaines lignes et certaines régions. Elle vise en priorité les trains dans lesquels les manifestants ont fait des
réservations, mais elle bloque avec eux des milliers d’usagers.

Dégrader volontairement les conditions de transport alors qu’il est possible de faire autrement, relève d’une manipulation scandaleuse qui prend à partie les usagers et les citoyens en général.
C’est irresponsable et dangereux !

Comment la direction justifie-t-elle, par exemple, que sur l’axe Lyon- Paris, et alors que les ressources sont disponibles (7 conducteurs de TGV déclarés grévistes sur 160, contrôleurs disponibles et poste d’aiguillage tenu), elle fasse le choix de laisser les trains à quai ?

Des éléments similaires nous remontent de toute la France.

De plus, l’annonce de la fermeture des réservations sur les jours de grève prévus en avril interroge. Cela signifie que la direction SNCF s’apprête à refuser la négociation et donc à provoquer le conflit.
Pour rappel, le 8 février dernier, la CGT avait reporté sa manifestation nationale en raison de conditions climatiques qui compromettaient le bon déroulement de cette initiative, et qui aurait pu provoquer la pagaille dans les gares et dans les trains.
Nous constatons que face à des organisations syndicales responsables, la direction choisit de jeter de l’huile sur le feu. C’est une pratique indigne des pouvoirs publics.
Les cheminots et leurs organisations syndicales, ne sauraient être les boucs émissaires d’un gouvernement et d’une direction qui refusent d’entendre les propositions formulées notamment par la CGT, à travers un rapport sur l’avenir du service public ferroviaire, remis récemment
au Premier ministre.
Ils ne pourraient être tenus comme responsables de faits, de propos, ou d’absence de décisions qui ne viseraient qu’à ternir leur image alors même que l’exigence d’un débat public sur la SNCF est plus  que jamais nécessaire et d’actualité.

Le gouvernement et la direction doivent ouvrir des négociations sur la base des points revendicatifs portés par les cheminots à savoir :

• La concurrence ;
• La dette ;
• Le financement du service public ferroviaire ;
• Le statut de l’entreprise publique ;
• La réorganisation interne pour mettre fin à la gestion par activités ;
• La relance du fret et des TET ;
• La réinternalisation des charges sous-traitées ;
• Le statut des cheminots ;
• Droits et conditions sociales des cheminots ;
• Une CCN de haut niveau.

jeudi 15 mars 2018

Happii Horaires


HAPPII End ou pas…

Horaires ô désespoir…

Hédonisme, est une doctrine philosophique grecque selon laquelle la recherche du plaisir et l'évitement de la souffrance constituent l'objectif de l'existence humaine

Acrimonie, Mauvaise humeur qui s'exprime par des propos acerbes ou hargneux

Paralipse, Figure de rhétorique consistant à feindre de ne pas vouloir dire ce que néanmoins on dit très clairement et parfois même avec force

Phatique, Fonction du langage dont l'objet est d'établir ou de prolonger la communication entre le locuteur et le destinataire sans servir à communiquer un message.

Impédiment, Lourd et encombrant bagage qui ralentit la marche d’une armée

Impugner, Attaquer, combattre une proposition, un droit.

Happii, C’est le projet Agiléo,

« Innover pour des temps de travail à valeur ajoutée clients et salariés. »

Commencer par du temps de travail sans ajout serait un plus pour nous.

« La CR innove en lançant ce projet 100% collaboratif qui embarquera une centaine de personne, équipiers et clients.

Ce projet est sponsorisé par Patricia Guillot, Directrice RH, et mené par Hélène Turbe, responsable RH.

Il a pour objectif de s’interroger et de travailler sur nos pratiques d’horaires pour répondre au mieux au contexte concurrentiel et aux ambitions que nous nous sommes fixées en termes d’IRC et de parts de marché commerciales et financières.
Nous allons avoir besoin de vous. »

Le chantier des horaire est ouvert, celui-ci est soit disant collaboratif.

Dans les faits, il faut savoir que les horaires sont une prérogative unique de la Direction et que les organisations syndicales ne sont pas invitées à les négocier.

Il est à craindre que, de fait, la Direction souhaite aller vers des horaires imposés élargis et plus tardifs.

Le projet Happii n’est qu’un moyen de faire avaliser indirectement ce système par les salariés.
A bientôt pour de nouvelles infos autour de ce projet.

LES HORAIRES SONT UNE PREROGATIVES DE LA DIRECTION, QUEL QUE SOIT LE RESULTAT DES GROUPES DE TRAVAIL, 
LA DECISION APPARTIENT  A LA DIRECTION

jeudi 22 février 2018

Après Kwixo, Paylib entre amis

Kwixo est mort après avoir était un idée brillante lancé en 2011

Heureusement Paylib va permettre d'effectuer un virement avec un simple numéro de téléphone.

Tu me donnes ton 06 ou ton 07, cette phrase va vous permettre dans l'année 2018 de virer de l'argent à vos proches.

Le projet va être lancé par les principales banques en juin, et le virements seront encore effectués en 24/48 heures comme les virements standards.

A partir de novembre, les virements seront validés en 10 secondes sur le compte du tiers.

Les banques se réveillent avant de se faire manger par les Gafa, Google, Facebook, ...

jeudi 25 janvier 2018

Négociation annuelle obligatoire

Notre négociation annuelle sur les salaires n'a pas commencé en Anjou Maine mais nos confrères sont déjà au travail.

Pour information, les augmentations actée pour 2018 :

Caisse d'épargne : Prime de 350€ pour les salaires inférieurs à 30 000€ brut
Banque Populaire : 0.5% pour tous les salaires inférieurs à 70 000€
BNP Paribas : 0.6% avec une minimum de 250 €
Société Générale : Intéressement exceptionnel de 1000€
Crédit Mutuel : 1% avec un minimum de 350€

L'inflation en 2017 est estimé à ce jour à 1.20%

Nous ne pouvons que espérer ne pas être les derniers la liste pour notre augmentation annuelle...


mercredi 17 janvier 2018

Assurance emprunteur - Crédit Immobilier

L'assurance emprunteur, bastion de notre PNB et servant à couvrir qualitativement nos clients est en train de s'étioler.

Après une 1ère loi, permettant de changer d'assureur dans les 12 mois après la souscription.

La loi "Sapin 2" vient d'être validée par le Conseil Constitutionnel, c'est Loi permet de résilier l'assurance emprunteur à chaque date anniversaire du contrat.

L'actualité, les informations "libérales" nous informe que les clients vont pouvoir gagner plusieurs milliers d'euros en changeant d'assureur, un gain de pouvoir d'achat extraordinaire !

Derrière ce "gain", il y a une autre réalité :
- La mutualisation du risque est en train de disparaître, c'est à dire que les tarifs de la concurrence sont intéressants pour les jeunes, non fumeur, cadre... une clientèle sans risque.

La solidarité inter-générationnelle ne va plus exister, les tarif vont devoir être en forte hausse pour une partie de la population, + de 55 ans, fumeur, sports dangereux, conducteurs de moto, contrat de travail précaire... pour compenser les baisses attribuées au "super" profil : jeune en pleine santé.

L'assureur intègre une notion de temps et de provision dans ces contrats, si les risques changent en permanences, avec une disparition des "bon profil" qui feront jouer la concurrence en permanences et un stock de profil plus risqué qui n'auront pas le choix de rester. L'économie d'aujourd'hui ne sera pas longtemps présente dans le futur.

Votre bon profil d'aujourd'hui, n'existera plus quand vous changerez de maison, ou quand vous achèterez un pied à terre dans 20 ans...

mardi 16 janvier 2018

Réponses Délégués du Personnel - Janvier 2018

1) LA BANQUE VERTE, LE RETOUR ? 

Dans le cadre de la COP21, le Crédit Agricole a décidé d’amplifier son engagement de « financements verts » et la réalisation de ces opérations se fera au moyen de crédits et d’obligations. Un communiqué précise cependant que le Crédit Agricole exclut désormais du financement des projets polluants « les hydrocarbures les moins performants sur un plan énergétique et les plus impactants pour l’environnement » comme par exemple les gaz ou pétroles de schiste dont l’exploitation occasionne un torchage ou une évaporation excessifs. 
Sans saisir toutes les subtilités techniques, nous comprenons cependant que certains projets moins polluants, mais polluants quand même, continueront d’être financés. 
Plutôt vert pâle comme engagement ! Ce qui nous interpelle est que ces « financements verts » vont être réalisés via des obligations (green bonds), qui finissent généralement par entrer dans la composition de fonds que nous devons proposer à nos clients. 
Il serait dommageable que ceux-ci aient le sentiment d’avoir été trompés s’ils devaient s’apercevoir qu’ils ont financé des projets pas très verts, au travers de leur investissement dans un fonds qu’ils croyaient être à vocation écologique. 
Quelle assurance avons-nous que cela ne se produira pas ? 

Réponse :
À travers différents projets, le Groupe s’est engagé dans la réduction et la compensation de l’ « empreinte carbone ». CASA est un des leaders mondiaux des green bonds pour le financement de ces projets avec impact bénéfique pour les populations. CASA prévoit 100 milliards d’euros de financements verts dans le monde d’ici 2020 et le réseau français devrait doubler le niveau de financement des énergies renouvelables dans le même temps. 
La direction ne veut pas qu’un procès d’intention soit fait au Crédit Agricole pour une éventualité qui ne devrait pas se produire. Nous avons cependant encore le souvenir des Subprimes ou bien des fonds ciblant des denrées alimentaires dans lesquels le Crédit Agricole prétendait ne pas être présent et qui nous ont pourtant coûté à l’époque et financièrement et en termes d’image. Mieux vaut prévenir… 

2) RETOUR VERSEMENTS CPA NON AJUSTÉS 

Lors de la mise en place du traitement des versements d’espèces par CPA, un retour sous enveloppe était effectué à l’agence en cas d’écart de monnaie constaté (pièces dégradées, étrangères …). 
Il semble que ce ne soit plus le cas et lorsqu’un client verse par ce moyen des pièces trop usagées pour être utilisées, il n’y a ni crédit sur son compte ni retour du versement. Cette gestion est-elle confirmée ? 
Que doit-on faire en cas de réclamation du client ? 

Réponse :
En cas d’écart constaté pour ce motif, le renvoi de la BRINK’S vers l’agence n’est pas systématique. Lorsque les pièces sont trop usées, elles sont retirées de la circulation et aucune régularisation n’est effectuée pour un montant inférieur à 5 euros. 
Si une réclamation est faite par un client pour un montant supérieur à 5 euros, il faut consulter la liste des écarts que la BRINK’S nous envoie par mail, puis effectuer la régularisation correspondante. 

3) LA VALSE DES PORTEFEUILLES 

Comme évoqué lors du dernier DP, de nombreux clients, partis en Banque Privée lors de l’affectation initiale faite souvent sans concertation, se retrouvent aujourd’hui réaffectés vers leurs anciens conseillers car leurs besoins ne correspondaient pas à la définition du profil de la Banque Privée. L’absence de concertation a conduit à cela… les conseillers en place auraient pu l’éviter ! 
Et maintenant ces clients réaffectés nous font part de leur surprise en disant : « je ne suis plus assez bien pour la Banque Privée ! » 
Que pensez-vous de cette façon de procéder qui consiste à ne pas utiliser les connaissances des conseillers et de la gêne que cela peut procurer pour trouver une réponse valorisante pour tout le monde ? 
Cela a-t-il été corrigé partout pour cette nouvelle réaffectation de clients vers la Banque Privée ? 

Réponse :
Le constat sur la qualité des portefeuilles est partagé avec les DA Banque Privée, mise en œuvre en juillet 2017. 
En effet un certain nombre de clients ne répondaient pas ou plus aux critères de la Banque Privée. 
Les remarques émises sont prises en compte pour la future fiabilisation. La direction reconnait que la 1ère affectation des portefeuilles n’a pas été d’une très grande qualité et semble-t-il ne renouvellera pas cette façon de procéder…
Une actualisation du portefeuille est normale afin de s’adapter aux clients. 
Les conseillers restent les mieux à même de déterminer les profils des clients à gérer. 
Ils ne sont pas bons que pour faire les objectifs et sont aussi capables de déterminer le potentiel de leurs clients. La confiance est une marque aussi de reconnaissance ! 

4) PREDICA, ENCORE UNE AMÉLIORATION ! 

Pourquoi ne peut-on plus traiter directement un rachat sur un contrat joint ? 
Il faut refaire du papier et… attendre. 

Réponse : 
Il s’agit d’une évolution suite à E28, pas d’une amélioration. Prédica ne peut pas donner de visibilité sur une future évolution. 
Encore une évolution en marche arrière, les conseillers non avisés de ce dysfonctionnement et les clients sont à nouveau les victimes des performances informatiques de Prédica. 

5) CLIMATISATION IRREVERSIBLE 

La climatisation réversible permet d’assurer aussi bien le chauffage que la climatisation mais notre système n’offre visiblement pas suffisamment de souplesse. La sensation de froid ou de chaleur n’est en effet pas identique pour tous et si les bureaux sont individuellement équipés d’un boitier de mesure, celui-ci ne permet aucun réglage permettant de corriger même légèrement la température. Dans les Locaux de Gestion de Valeurs ou Enceintes Techniques Sécurisées, la clim se met même parfois à déverser de l’air frais alors que la température extérieure est proche de zéro. 
C’est peut-être bon pour l’informatique des automates, mais beaucoup moins pour les salariés qui en assurent les arrêtés et les chargements. 
Une autonomie dans le réglage individuel de la température des bureaux serait souhaitable afin d’améliorer le confort des personnes qui les occupent.

Réponse :
Des différences techniques existent entre le siège et le réseau et ce sujet immobilier du chauffage constitue pour la CR un gros chantier de l’année 2018. Un organe de pilotage devrait permettre à terme d’adapter la température à distance et des tests sont en cours sur 2 agences. 

6) QUAND L’ÉCRIT DEVIENT NUMÉRIQUE..

Nos clients reçoivent une OST avec une mention à signer mais la validation est possible uniquement par internet ou par téléphone pour le client. 
Encore une aberration pour nos clients entre un courrier qui demande à être signé et une validation uniquement possible à distance. 
La nouvelle procédure du 7 décembre 2017 indique pour les OST : « Si client non présent mais bordereau de réponse signé : le conseiller appelle Fil Bourse et indique Appel Fil Bourse le __à__h__ + signature et nom du conseiller. 
Mise en GED manuelle dans courrier client ». Quelle différence dans la traçabilité entre l’enregistrement du conseiller dans ATA directement (ancienne procédure) et un appel sur Fil Bourse par le conseiller ? 
Encore une façon de compliquer le fonctionnement alors que nous pouvions valider directement les OST sur notre poste de travail. Quel temps perdu en administratif… un appel téléphonique et une numérisation… 
Avant de lancer des nouvelles procédures, une étude des impacts pour les agences en matière de process doit être réalisée ! 

Réponse :
Il n’y a pas d’aberration pour le client, soit il répond lui-même soit il dépose le courrier et le conseiller doit appeler Fil Bourse. 
Les ordres de bourse simples et les ordres de bourse OST sont bloqués car il n’y a pas de distinction pour ATA. Les conseillers n’ont plus accès aux validations d’OST mais nous n’avons toujours pas d’explication compréhensible. 
En effet le rappel sur les ordres de bourse en agence diffusé par COMMEO indique que l’habilitation ATA est fermée depuis le 1er janvier avant de préciser qu’elle reste ouverte pour des cas d’exception. Il faudrait juste savoir pourquoi on ne peut pas y accéder. 

vendredi 12 janvier 2018

Bonne Année

Au nom de la CGT du Crédit Agricole de l’Anjou et du Maine, nous tenons à vous souhaiter une belle et heureuse année 2018.

L’année 2017 a été difficile pour les salariés du Crédit Agricole de l'Anjou et du Maine à cause de plusieurs restructurations, ainsi que par l'activité soutenue en matière de Crédit (réaménagements, reprise de prêt, ADE) pour laquelle les moyens humains n'étaient pas adaptés.Cela a engendré stress, fatigue, tensions pour les collègues sans véritable reconnaissance.

Malgré le pessimisme récurrent chaque année de la Direction, les résultats financiers de l'entreprise s'annoncent encore bons.

Pour 2018, l'actualité sociale et économique sera une nouvelle fois dense et complexe.
Les entreprises vont pouvoir utiliser librement la libéralisation de notre droit du travail grâce aux ordonnances "Travail" .
La perte progressive de nos acquis (Sécurité sociale, chômage...) ne permettra plus à chacun de se soigner, ou d'avoir le temps de chercher un nouveau travail suite à un licenciement, ou rupture conventionnelle collective.

Concernant la Caisse Régionale, lors du 1er semestre,  les négociations principales concerneront la mise en oeuvre de l'évolution des horaires de travail,le forfait jours et la négociation de l’enveloppe annuelle de RCI.
Lors du second semestre, seront abordés notamment l'égalité professionnelle, les relations professionnelles, l'accompagnement RH dans le cadre de la mobilité et des suppressions de postes.

Enfin, le groupe Crédit Agricole Anjou Maine continue son évolution vers le digital, les agences "Full Conseil" les coopérations avec d'autres Caisses Régionales. Nous serons vigilants car l'emploi au Crédit Agricole risque d'être menacé.

L'équipe CGT du Crédit Agricole Anjou Maine vous souhaite ses meilleurs vœux pour 2018, année qui sera encore marquée par notre engagement syndical aux côtés des salariés.

Rupture conventionnelle collectives

La Rupture Conventionnelle Collective (RCC) permet à l'entreprise de se passer de Plan de Sauvegarde de L'Emploi, et d'éviter les licenciements collectifs compliqués à gérer et coûteux.

L'entreprise n'a plus à justifier une baisse d'activité, une perte de chiffre d'affaires, la simple volonté de vouloir être plus rentable pour l'entreprise permet de lancer une RCC.
C’est un boulevard pour certaines entreprises qui pourront se « débarrasser » à moindre coût de salarié-e-s ayant de l’ancienneté et donc considéré-e-s comme « trop payé-e-s » et recruter en même temps des précaires, corvéables et jetables, pratique qui va assurément accélérer la perte des compétences, qualifications et savoir-faire.

L'accord d'entreprise doit prévoir décret du 20 décembre 2017 :
- les modalités et conditions d'information du Comité Social et Economique.
- Le nombre maximal de départs envisagés, de suppressions de poste, la durée de mise en oeuvre de la RCC
- Les conditions pour que les salariés puissent être intégrés dans la RCC
- Les critères de départage entre les potentiels candidats au départ.
- Le calcul des indemnités (avec au minimum une indemnité équivalente aux indemnités légales de licenciement)

La RCC permet le bénéfice des allocations chômage tout comme tout licenciement.

Le salarié doit être volontaire et donner son accord pour intégrer la RCC, le refus d'un salarié ne peut en principe pas donner lieu à son licenciement ou une sanction.

La DIRRECTES ont un délais de 15 jours vérifier la conformité de l'accord , après un délais de 15 jours , sans réponse de la Direcctes l'accord est validé.

Le cas Pimkie :

Pimkie afin d'optimiser sa rentabilité a voulu mettre en place une Rupture conventionnelle Collective, après une médiatisation de l'histoire, Pimkie a décidé de faire marche arrière car aucun syndicat ne souhaitait signer un accord permettant des "licenciements" sans suivi, sans formation, sans indemnisation autre que le minimum légal.

D'autres groupes comme PSA, le Figaro, les Inrocks souhaitent utiliser cette solution de dégraissage des effectifs...

Nous espérons que chaque syndicat fera attention aux situations des salariés afin de ne abuser de cette nouvelle possibilité juridique de licenciement collectif !