vendredi 11 août 2017

Enquête "conditions de travail" suite Verbatim

                                    VERBATIM suite enquête "conditions de travail" 7

·         Pas de soucis sur la disponibilité mais les nuits sont perturbées à cause du travail.
Outre la charge de travail, c’est aussi la pression clientèle qu’il faut gérer

·         Trop de route, Activité subie liée à la nouvelle organisation BPH, nombre  de clients par portefeuille trop important, diminution du personnel mais toujours autant de clients.

·         En plus des  RDV, nous avons une masse de choses à penser, à traiter (débiteurs, Atourisk, pilotéo, connexion, gestion des contacts, eptica, outlook, information  « à la une » + « mon métier » ……..


·         Souvent je rentre trop tard pour être disponible, mes enfants ont déjà mangé, voire sont déjà couchés…… Le métier de conseiller pro est négligé, la charge de travail est énorme, il faut tout faire. Ce métier fait peur, y compris à l’encadrement, et ne donne pas envie aux vocations pour les autres métiers

·         Je suis à la fois soulagé et déçu : soulagé car si cette enquête existe, c’est que je ne suis pas le seul à ressentir un mal être au travail. Cette pression de la charge de travail, des résultats, de « bien faire du 1er coup » sont donc bien réels.
Déçu de voir que d’autres collègues peuvent ressentir les mêmes choses : pression, fatigue morale mais aussi physique (nuits perturbées), perte de confiance en soi et que l’entreprise n’entende pas notre mal-être.

·         Nous sommes à 2 soirs à 19h + 18h15 les autres soirs. Comment faire avec des enfants (péri scolaire + gestion du quotidien. Aucune prise en considération des obligations personnelles. On nous change nos métiers (CCA -> CDP) changement d’horaire (18h-> 19h) et on diminue voire supprime les temps partiels…. Et quand on écrit au siège pour évoquer nos difficultés (ex changement d’horaire) aucun retour !
Si on veut gagner en efficacité, il faut peut-être voir du côté informatique plutôt que toujours du côté salarié.


vendredi 4 août 2017

VERBATIM

                                 VERBATIM suite enquête "conditions de travail" 6

·         Arrêter de toujours vouloir faire « mieux » alors que faire « bien » c’est déjà pas mal… Objectifs trop élevés : 30% de parts de marché c’est correct, non ?

·         Beaucoup trop de boulot en agence, beaucoup trop d’objectifs, toujours faire plus !!!


·         Changement de métier depuis février 2017 (du réseau vers siège) = plus sereine, tant au travail qu’à domicile
·         Aujourd’hui, je ne fais pas d’heures supplémentaires car j’arrive à prendre du recul, ma charge de travail est conséquente mais je priorise. Surtout que depuis le 31/03/17 je suis toute seule sur le poste ,nous n’avons évidemment plus d’assistant quand je suis arrivée sur l’agence en 2011 nous étions 4 sur la ligne d’accueil…
Les objectifs n’ont pas baissé et la charge de travail non plus. La RH n’arrive pas à recruter d’agent d’accueil.


·         Ce n’est pas la 1ere enquête que je compléte sur nos conditions de travail. Le constat est toujours le même (voire s’aggrave).
Les clients sont impatients, intolérants, les actes d’incivilités se multiplient.
Nos process sont lourds : 5 signatures pour une renégo sur 1 prêt pro, nous perdons beaucoup de temps et d'énergie à faire, refaire, rendre compte du temps et de l’énergie que nous devrions consacrer à nos clients.


·         Manque de personnel face à la masse de travail et au formalisme administratif
Trop de temps perdu à chercher des réponses auprès de différents services du siège ou sous comméo (trop d’informations éparpillées)


·         Habitat conseil : c’est une activité très soutenue, ce sont les courtiers qui commandent maintenant

·         Nous manquons de personnel sur mes deux agences, nous sommes constamment sollicités tel/ accueil, impossible de faire le travail dans le temps de travail imparti.



·         Dans la pratique, je dois répondre à toutes les demandes à peu près de mon portefeuille primaire allant de virement à l’étranger au suivi des déblocages de prêt, modification de plafond carte jusqu’à du VRAI CONSEIL quand il reste du temps !

vendredi 28 juillet 2017

VERBATIM

                              VERBATIM suite enquête "conditions de travail" 5

·         Retrouver le niveau de salariées autour de 2000. Pour retrouver de la sérénité du travail.

·         Plus de salariés au sein des agences 1- pour gérer les demandes des clients qui arrivent par mail et par téléphone.
2- ne pas supprimer les assistantes.


·         Manque d’effectif

·         Plutôt que de créer un nouveau poste de « responsable du bonheur » il faut plutôt mettre à nouveau du renfort dans les agences et arrêter de supprimer des postes.


·         Adapter la charge de travail au temps de travail,
Démocratiser  la déclaration des heures supplémentaires (encore trop de craintes des collègues et encore plus quand on veut évoluer, c’est mal vu)
Insistance de certains DA pour dire qu’il ne faut plus faire d’heures mais pas de solution pour améliorer les conditions de travail. La situation devient critique dans les métiers d’expertise dans toutes les agences et de plus en plus prennent des comprimés pour dormir dont moi !
Travailler ENFIN avec des outils qui sont de plus en plus rapide !!! pas 2 h de travail sans dysfonctionnement, c’est invivable
Piloter ne doit pas devenir le déversoir de toutes les taches administratives.


·         Manque de performance de l’outil
Surcharge de travail liée aux différents outils : CONNEXION, PRO ACT, PILOTEO, Traitement quotidien, suivi Périodique, ATOUT RISK, EPTICA, OUTLOOK, etc

·         Il serait inimaginable de terminer tous les soirs à 19h pour une question d’organisation enfants/nourrisse. Et j’aimerai si possible voir mes enfants un peu plus du’1/2 heure par jour !!!!!!  ils ont aussi besoin de leur maman ! Soyons raisonnables !!

·         Le poste de conseiller clientèle va-t-il disparaître ? Le remplissage des plannings en RDV est de + en + difficile (sentiment général des conseillers ) et ce, depuis la réorganisation (beaucoup de nos clients sont partis dans les portefeuilles CDP) d’où un portefeuille CC appauvri (plus d’échus à traiter, etc etc) Est-ce une volonté de la Direction et dans quel but ?



vendredi 21 juillet 2017

VERBATIM

                                       VERBATIM suite enquête "conditions de travail" 4


·         Même si il y a des progrès dans les déclarations d’heures supplémentaires, il n’est pas difficile de faire constater à un inspecteur du travail les dépassements enregistrés sur les relevés mensuels (horaire siège) et les heures de sortie des agences le soir (voir même pendant les congés)
  


·         A l’heure actuelle, nos responsables sont « audités », nos réponses au vu des commentaires retranscris par notre responsable n’ont pas été interprétés  comme nous aurions souhaité. Devons nous bien faire confiance à tous le monde. Au bout de 35 ans de crédit agricole, notre métier  a évolué mais dans quel sens, bien ou mal.

·         1- On m’a fait la réflexion de partir trop tôt du travail.
2- on me dit que je ne donne pas assez à l’entreprise


·         Les attentes de nos clients HDG et notre disponibilité commerciale et administrative est en décalage. Il faut revoir les normes métiers par portefeuille et évaluer l’activité réelle par salarié afin d’ajuster la charge de travail entre ceux qui s’en ?? et les agents débordés qui prennent un risque permanent d’image et d’erreur.
Les études patrimoniales et les e learning sont faits à la maison (5h / mois)


·         Subir l’activité-Subir l’activité des absents (arrêts)
Subir les décisions de la hiérarchie sur notre métier.


·         Je pense qu’il serait bon d’ajuster les horaires en fonction des métiers. Réduction de la pause du midi (1h30 dans notre agence) pour commencer plus tard ou finir plus tôt. Avoir accès à nos dossiers à distance pour pouvoir faire des instances en dehors du bureau (finir plus tôt ou commencer plus tard mais faire une part de télétravail

·         Nous permettre d’avoir du temps et donc plus de moyens humains.