mercredi 16 septembre 2020

Mobilisation confédérale du 17 septembre 2020

 


Jeudi 17 Septembre 2020 Grandes Manifestations dans toute la France, 

l'ensemble des salariés des secteurs publics et privés sont invités à prendre part aux diverses manifestations dans chaque département

                                        MOBILISONS NOUS !


jeudi 9 juillet 2020

Signatures Accords !!! Congé paternité de 5 jours

Bonjour à tous, 

Nous sommes heureux de vous annoncer que suite à notre demande et notre négociation, nous avons obtenu la création d'un congé paternité de 5 jours supplémentaires au 3 jours naissance et 11 jours légaux.

lundi 4 mai 2020

DECONFINEMENT 11 MAI 2020

Voici les propositions présentées à la Direction lors de la CSSCT exceptionnelle




PROPOSITIONS CGT EN VUE D’UN DECONFINEMENT PROGRESSIF
Pour CSSCT 29 Avril 2020

Contexte de notre démarche :
De longues semaines de confinement, avec des équipes A et B qui ne se croisent plus, mais qui restent en contact.
Un panorama de collègues très diversifié entre ceux qui sont en arrêt « personnes à risque », ceux qui sont en arrêt « garde d’enfants », ceux qui sont en lien avec la clientèle, et les salariés des sièges
Cette crise sanitaire fait apparaitre des risques :
·        Sanitaires bien sûr
·        Psychosociaux (situation personnelle, situation de certains clients fragiles)
Et comme cette crise sanitaire concerne tous les pays, tous les acteurs financiers de notre pays, etc., il n’y a pas de risque de compétitivité,
Notre démarche est de vous faire des propositions dans le double souci de la sécurité des salariés, et d’une reprise équilibrée de l’activité de l’entreprise.

Objectif de notre démarche :
Le plus important dans le prochain dé confinement, va être de tenir compte de tous les risques liés à cette pandémie, et d’y apporter une solution à la hauteur de l’importance de cette pandémie. (Risques recensés dans le DUER. Art R4121-1 du CT)
Le covid19 est un réel  danger, certaines règles plus rigoureuses doivent s’appliquer, notamment en matière de distanciation sociale, points et études sérieuses quant à nos modes de ventilation (sièges, agences) et de climatisation (grand nid à allergènes, et..virus ?!
En effet, les collègues ont besoin d’être rassurés, et pour cela ils ont besoins d’actions concrètes, et non pas des passages en force d’actions tels les poses de 10 j  de congés ;
Nos propositions :
·        Travaux main dans la main CSSCT/Cellule de Crise : qui connait mieux le travail et ses conditions de l’effectuer dans les meilleures conditions sanitaires que les élus qui sont sur le terrain, dans les agences et services des sièges

·        Travail quotidien : fourniture de Masques pour tous.  Distance sécurité pour les collègues en relation avec la clientèle.


·        Pas de RDV Physique en face à face sans plexiglas, ni masque

·        Pas d’obligation de RDV en face à face, tout pendant qu'un traitement ne sera pas reconnu comme efficace. Nous savons travailler par tel, mail, dépose Bam, simplissigne, etc.


·        Masque obligatoire pour les clients et les salariés en rdv présentiel. Priorité aux RDV téléphoniques.

·        Maintien du plexi à l’accueil et de la distanciation entre les clients

·        Rec gelée pendant cette période de confinement passée. Mais nos concurrents n’ont pas fait mieux que nous car plus confinés que nous. Donc pas de rattrapage sur les 2 mois passés. Soit par réduction des objectifs de 20% ou mieux bonus de 20% pour toutes les agences en reconnaissance de l'investissement de chacun pendant la période... Voir également pour cumul des deux sachant que l'activité économique et donc commerciale risque d'être fortement dégradée pour toute l'année...

·         Tps de travail. Juste équilibre entre confiance et contrôle. Moyens pour éviter l’épuisement professionnel.  Pour mémoire, nos collègues ont 10j de congés en moins

·        Tout le monde sur le pont : DA / ADA en face des clients : RDV, téléphone, production ... tous CONSEILLERS = 100% conseillers.


·        Les écoles rouvrent le 11 mai, mais n’est pas obligatoire, il aura des personnes qui vont encore garder leurs enfants après le confinement. Nous devons travailler à la meilleure façon de les accompagner c’est-à-dire en télétravail pour ceux qui le souhaitent. Et ne toujours pas avoir accès au chômage partiel.

·        Des collègues ont demandé à être en télétravail car ils avaient compris que l’arrêt pour garde d’enfants était limité ... pourquoi leur dire non

·        Pour les salariés des sièges, qui bricolent depuis plus de 6 semaines pour un repas, proposer soit la possibilité de recevoir des tickets restaurants, ou permettre aux restaurants de notre entreprise de « mettre à disposition » des plateaux repas. Cela permettrait de remettre un soupçon d’activité à nos restaurants d’entreprise (financièrement, socialement, etc.)

·        La climatisation : aucune certitude, mais avec les beaux jours, le rôle des systèmes de ventilation et de climatisation de nos espaces sur les sites sièges doit être étudié de près. Nous demandons que chaque salarié des sites sièges soient équipés de masques afin de travailler en toute sécurité tant que le rôle du système de ventilation soit mis hors de cause.


·        Ne pas appliquer le point 2 de l’accord concernant les 5 jours d’AJC pour le mois de juin. En effet, les collègues sont usés, et ont été plus sollicités ces 6 semaines, entre travail, télétravail, garde d’enfants et situations personnelles familiales

·        Soutien psychologique pour chaque collègue qui en a besoin.

Ce déconfinement, pour qu’il soit efficace tant en image donnée à nos clients, tant en matière de sécurité pour les collègues, doit être fait progressivement, peut être en 1er temps en conservant les équipes A et B et conservant le télétravail (les équipes informatiques ont fait beaucoup de travail dans ce sens et continuent d’ouvrir des outils et transactions), puis une reprise progressivement.
Nous savons tous que le travail tel que nous le faisions avant la pandémie nous ne pourrons pas revenir comme avant. C’est la raison pour laquelle la CGT propose des solutions dans le juste équilibre : continuité de l’exercice de nos métiers pour notre entreprise / maintien de la sécurité de chacun d’entre nous.


mardi 7 avril 2020

Covid19 - RTT - accord de branche

Covid19 - 5 jours de RTT - 5 jours de congés légaux, voir plus...

L'urgence est de sécuriser le personnel et leur donner confiance en l'avenir à travers des mesures de soutien, et de reconnaissance des efforts fournis en cette période difficile.

Mais, pour le Crédit Agricole, l'accord national signé par les OS "CGC-SNECA, CFDT et FO" , c'est 5 jours de RTT pour le mois d'avril, 5 jours en mai et surement 5 jours en juin.... au cas où.
Au principe de maintien de la rémunération conventionnelle. =>  peine maximale pour les salariés.

La CGT refuse de signer un accord vous imposant jusqu'à 15 jours de congés (RTT et CP) en moins, mais la CGC-SNECA, la CFDT et FO estiment surement que vous êtes en vacances chez vous durant le confinement ???

La prime annoncée par le Gouvernement, vous pouvez l'oublier, le Crédit Agricole assure votre salaire à 100% donc pas de prime. Enfin il ne faut pas oublier que notre PNB est principalement du récurrent,  soit nous sommes en arrêt maladie (prise en charge MSA 50% du salaire), soit maintenant en télétravail (donc normal que nous soyons payé à 100%)

Merci qui?

Prenez soin de vous - Courage.


Négociations nationales covid19 concernant les congés et la rémunération :

Les principales dispositions de l'accord:

Un accord de la branche Crédit Agricole (Caisses Régionales et entités rattachées CATS, CAGIP, CA-Titres, FNCA, IFCAM…) a été conclu ce matin 2 avril,  après la parution des ordonnances et décrets récents. Il est conclu pour une période courant jusqu’au 31 mai.
Les principales dispositions sont les suivantes:
Le préambule énonce les 3 logiques mises en oeuvre : Protection, Solidarité, Équité, et affirme la notion de discernement pour les mesures rendues possibles par les textes légaux, et cet accord.

le nombre de jours (CP et AJC) qui peuvent être imposés (y compris ceux posés depuis le 16 mars) pour tous les salariés,  sur avril et mai, sera limité à 10 (5 en avril et 5 en mai) – les Compte Epargne Temps ne sont pas concernés. Si le confinement continuait en juin, les CR pourront imposer à nouveau 5 j AJC acquis supplémentaires. Les CR gardent la main pour modifier les jours posés sur toute cette période avec un délai de prévenance de 1 j
l’accord pose le principe du maintien de la rémunération conventionnelle pour tous les salariés dont l’organisation du travail est impactée par la crise sanitaire jusqu’à fin juin, quelle que soit leur situation. La Rémunération Extra Conventionnelle et l’Intéressement dépendent totalement des accords locaux. Il sera nécessaire de faire préciser les mesures dans chaque entité. L’accord rappelle que les CR veilleront, autant que possible, dans le cadre de leurs dispositions locales, à neutraliser l’impact de ces périodes sur REC et INT

sur l’acquisition des jours de CP et AJC pendant ces périodes: Pas de changement pour les salariés présents ou en télétravail, en équipe alternante et disponibles par exemple – Pour ceux qui sont en arrêts spécifiques « crise sanitaire » les CP continuent à être acquis (pas les AJC au titre de l’équité), et pour les salariés en « arrêt maladie » au sens médical du terme, c’est la même chose, pas de changement.

L’accord indique aussi clairement que les CR n’auront pas recours au chômage partiel (activité partielle).

L’accord ne se positionne pas sur la situation particulière des salariés en arrêts garde enfants ou pour pathologies dites à risques (Ald), et l’obligation de prendre des congés. Ils peuvent donc faire le nécessaire pour continuer à bénéficier de ces dispositions. Légalement, personne ne peut dire aujourd’hui qu’un employeur pourrait imposer à ces salariés de suspendre leur arrêt de travail pour poser des congés ou AJC…
Par contre certains salariés « aidants familiaux » ou conjoints de personnels de santé, ou avec conjoint « à risques » , ne sont pas couverts par les arrêts « Covid-19 », ni par cet accord, et pas forcement par un arrêt de travail classique.
Des solutions locales sont peut-être possibles.